Grimper en haut d’une montagne en plein hiver? Un truc d’alpiniste. Se promener dans les hauteurs en été? De la randonnée. Le week-end dernier, j’ai pu faire une expérience encore différente : monter à 3000 mètres d’altitude et me perdre dans les glaciers alpins.

Nous sommes en juin. En voiture, sur les routes de montagnes qui zigzaguent et donnent le mal de mer, les lacs ponctuent le paysage vert et printanier. Mais au fur et à mesure que nous montons, nous longeons de plus en plus de rivières et les paysages blanchissent : nous arrivons en haut des Alpes. Alors qu’il faisait 26 degrés à Lucerne, il fait environ 10 degrés en sortant de la voiture. La neige fond, mais elle fond lentement. Les lacs sont couverts d’une pellicule de glace, les rochers et les fleurs commencent à percer au milieu d’une terre encore blanche. C’est un paysage particulier et hybride qui s’offre devant moi. Un paysage qu’on imagine soit tout blanc soit tout vert, mais jamais blanc, vert et bleu comme il l’est au printemps. Un paysage irréel, en somme. Voyez-vous même.

promenade-glace-b2147cb3ff1034f75273dcd5

promenade-glace-5300b9ce2c5c797366e2ccb5

promenade-glace-0afd3494c2f819a11023ce2b

Ce qui est assez drôle avec le recul, c’est que cette promenade au milieu des glaces était pour moi une surprise. Je suis montée en voiture sans savoir où on m’emmenait. Alors, forcément, par ce temps, je portais une robe et des espadrilles en tissu. Un accoutrement clairement pas adapté. Je me suis sentie assez ridicule quand j’ai dû marcher sur 200 mètres de poudreuse à côté de voyageurs équipés de doudoune, de pantalon de ski et de rangers. Mais ça ne gâchait rien du paysage et de l’expérience qui m’attendait au bout de ces 200 mètres.

Avec l’arrivée du printemps et la fonte prématurée des neiges à cause du réchauffement climatique, une des attractions de la région est menacée : la promenade dans les glaciers. Alors pour pallier ce problème, les Suisses recouvrent la glace d’un tissu blanc qui retient le froid et retarde la fonte. Cela nous permet de visiter la montagne de l’intérieur.

promenade-glace-f3556752055d8ef2d7b97fcb

promenade-glace-5275bf4da72716c1ab1d7c6e

Si le paysage à l’extérieur me faisait un peu penser à Game of throne « beyond the wall », le glacier m’a ramené à un autre classique L’âge de glace. C’est un sentiment étrange de marcher entre des murs bleus de glace qui coulent sur nos mains quand on touche leur surface lisse. On s’approche et on voit les bulles d’air coincées par l’hiver, les rayons du soleil percer par endroit. L’air à l’intérieur de la montagne est si pur que quand on respire, on a l’impression de faire boire une boisson fraiche à nos poumons.

promenade-glace-47a9d9be75a20732e681f0d6

promenade-glace-a1ba20fc60146b5129eff6d7

Dans de tels paysages, on se sent minuscule et insignifiant face à la grandeur de la nature. C’est rafraichissant de se souvenir combien le monde est beau. Cette journée a été exceptionnelle, d’autant plus que je n’avais jamais pensé faire une promenade comme celle-ci. Je ne savais simplement pas que ça existait. On ne pense pas souvent à aller à la montagne au printemps, en basse saison, pourtant, c’est magnifique. Un monde d’entre-deux oè la neige et le soleil, le blanc et le vert se tiennent encore par la main, le temps de quelques mois avant de se quitter.

Share: